Réponses d'Emmanuel Macron au questionnaire présidentielle

Plutôt que de répondre au questionnaire, Emmanuel Macron nous a fait parvenir une réponse écrite dans laquelle il ne répond que de manière très partielle à nos questions, arguant à de nombreuses reprises qu’il "ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures".
Nous déplorons les non-réponses de ce candidat, qui en dehors des questions famille, ne se prononce sur presque aucune des questions posées. Il montre par là son absence de programme sur les violences et discriminations qui touchent les lesbiennes, les gays, les bi-e-s et les trans, et, en refusant de clarifier ses positions, empêche les électeurs et les électrices de faire leur choix en connaissance de cause.

http://lgbt2017.fr/images/laurene_2/img_articles/1492609881-macron.jpg

Sur les droits des personnes trans, il ne souhaite ni modifier la loi sur le changement d'état civil, ni que la sécurité sociale prenne en charge les opérations faites à l'étranger, ni que l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) fasse une recommandation temporaire d’Utilisation (RTU) pour la prise en charge de l’hormonothérapie des personnes trans, mais pense qu'il "convient de mener une réflexion prospective sur l’enregistrement à l’état civil des personnes intersexuées". A la question de l'établissement d'un Protocole National de Diagnostic et de SoinProtocole National de Diagnostic et de Soin, il ne se prononce pas jugeant que c'est au "ministère concerné" d'en décider.
A toutes les autres questions, il ne se prononce pas et répond qu’il "ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures".

Concernant les couples et la parentalité, il souhaite élargir l'adoption uniquement aux couples pacsés. S'il se déclare plutôt favorable à l'ouverture de la PMA à toutes les femmes, il précise que "l'avis consultatif du CCNE prévu ce printemps viendra éclairer le législateur en la matière." Aucune réponse n'est apportée sur l'évolution de la filiation et la reconnaissance ne mairie.

A nos questions sur la santé, Emmanuel Macron ne répond qu'à une question sur douze en expliquant qu'il "ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures" ! Il précise tout de même qu'il souhaite une intensification des campagnes de prévention et de dépistage du VIH et des autres IST en direction des jeunes gays, une prise en compte des problématiques spécifiques des lesbiennes et extension de la formation des personnels soignants "aux problématiques de santé et à l'accueil des personnes LGBT".

A nos questions sur l'éducation, Emmanuel Macron ne répond qu'à une question sur six en expliquant qu'il "ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures". Il souhaite la production de ressources pédagogiques à destination des élèves et des enseignants, le maintien du soutien aux associations intervenant en milieu scolaire et dans l'enseignement supérieur et des campagnes régulières de prévention et de lutte contre les LGBTphobies.

Emmanuel Macron ne répond à aucune question sur la lutte contre les discriminations.

A nos questions sur l'international, Emmanuel Macron ne répond qu'à trois questions sur huit puiqu'il "ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures". Malgré tout, il se prononce pour une simplification de "l'accueil réservé aux personnes LGBTI persécutées dans leur pays d'origine" et une sensibilisation des agents instructeurs de l'OFPRA à leurs problématiques.

A nos questions sur les médias, Emmanuel Macron ne répond à aucune question, précisant qu'il "ne revient pas au candidat d’entrer dans le détail des mesures".


Vous pouvez télécharger ici le PDF de la réponse écrite d'Emmanuel Macron